Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

LOURDES 2007 : LE REGARD

C’est par le regard que se communique l’Amour, C’est par le regard que se communique l’Esprit.


L’Onction des malades donne la force de lutter et de croire en sachant que comme Jésus on n’évitera pas la mort.

Au cours de la cérémonie de l’Onction, la plus émouvante de toutes, notre évêque, Monseigneur François Garnier, nous a parlé de la qualité du regard.

 

Tout d’abord, le regard de Dieu sur nous :

Agar, la servante égyptienne d’Abraham, celle qui lui a donné un fils Ismaël avant d’être renvoyée dans le désert par Sarah l’épouse, a donné un nom à Dieu, ce qui est très rare dans la bible puisqu’on ne nomme pas Dieu ; on ne donne un nom qu’à ceux que l’on possède, or on ne possède pas Dieu ; la traduction française de ce nom est : « Toi, au moins tu me vois ! »

A Lourdes, mon Dieu, Toi au moins, Tu m’as vu prier, boire à la fontaine, passer devant le rocher et admirer Notre Dame, écrire une carte à un ami, choisir de pardonner, Tu me vois me battre avec la maladie, le handicap…

 

Le regard des autres :

Ici à Lourdes on regarde autrement que dans la vie de tous les jours, on ne regarde pas « de haut ». Pascaline, une de nos malades handicapées nous a fait un témoignage : « en dehors de Lourdes, le regard des autres m’est pénible ; à Lourdes il est différent car les hospitaliers et tous les pèlerins sont plus aptes à recevoir mon image »

La meilleure des guérisons c’est d’avoir un regard bon, un regard respectueux sur les malades et sur les autres.

 

L’Onction des malades donne la force de lutter et de croire en sachant que comme Jésus on n’évitera pas la mort.

 

« Laissez vous réconcilier avec Dieu » (thème du pèlerinage 2007)

Cela passe par la réconciliation avec soi-même , s’aimer humblement soi-même est un bon signe de réconciliation, cela nous permet plus facilement de nous réconcilier avec les autres.

Le sacrement du pardon est le plus abîmé des sacrements ; entre l’excès de trop et l’excès de pas assez nous avons du mal à prendre notre mesure. Ayons un regard différent sur la confession ; plutôt que d’énumérer une liste de péchés, confessons simplement en quoi nous avons manqué le plus envers l’amour du Christ et surtout, confessons la Miséricorde de Dieu.

 

Philippe dekoker

Article publié par philippe dekoker • Publié Dimanche 26 août 2007 • 2707 visites

Haut de page