Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Témoignage d'une pèlerine

 

 
Parmi les pèlerins habitués au Pèlerinage en Terre-Sainte, nous avons voulu recueillir le témoignage d’une pèlerine très régulière puisqu’elle fera cette année son 11ème pèlerinage.
 
P. Deca : Madame Mahy, dites-nous un peu ce que l’on retire d’un tel pèlerinage et pourquoi y retournez-vous chaque année ? 
 Img_0469 Img_0469  

 A.  Mahy : Je suis attirée par la Terre-Sainte.

                  Je crois même que si j’avais été plus jeune, je m’y serais établie. Ce qu’on y vit est unique, parce que c’est là que se trouve la source de notre foi.

              Aller sur les pas du Seigneur, là où il est né, là où il a vécu, souffert, Lui et sa Maman…, c’est quelque chose d’unique, de sacré ! Et le Saint-Sépulcre, quand on touche le rocher, … c’est…..il n’y a pas de mot pour décrire cela ! Là, on n’est presque plus sur terre ! D’ailleurs, à 2 mois du départ, je me vois déjà partie, je le vis déjà en ce moment !

La première fois que l’on y va, on en prend vraiment plein la vue. Mais on ressent tout de suite le besoin d’y retourner, pour mieux prendre le temps de goûter ce que l’on y reçoit. Et ce que l’on y reçoit est différent chaque année. Le pèlerinage n’est jamais le même d’une année sur l’autre. Il y a la richesse reçue dans notre cœur, il y a celle des prédicateurs, il y a aussi celle partagée avec les autres pèlerins. Nous y avons tissé ensemble des liens vraiment forts. Les échanges nous apportent de vraies richesses les uns aux autres, même si l’on vient de milieux différents, que les autres vivent leur foi autrement.
Alors là je peux vraiment « recharger mes batteries », et j’en ai besoin après des moments parfois difficiles vécus dans la vie courante. Si je n’avais pas la Terre-Sainte, je ne sais si j’aurais pu continuer…J’ai une petite retraite, mais je mets de côté pour y aller.
 
P. Deca : Parlez-nous aussi un peu des juifs, des arabes que vous croisez, du contexte qui a
     parfois été différent il y a quelques années.
 
A. Mahy : Les juifs ? Ce sont des personnes comme moi. Ils sont proches de leurs enfants. Je
les apprécie beaucoup. Mais on voit qu’ils souffrent. Ils sont graves. Ils ne sont jamais en paix. Les arabes sont sympathiques, ils ont le sourire, beaucoup plus que les juifs. Et vous savez, même durant les années plus « chaudes » où Israël faisait plus la une des médias,  je me suis toujours sentie en sécurité. Les soldats ou des civils de la Sécurité sont là, assurant une présence discrète mais efficace et on n’a vraiment rien à craindre.
 
P. Deca : Le mot de la fin, Mme Mahy ?

A. Mahy : La Terre-Sainte…Tant que je pourrai y aller, J'irai !

 

 

 

 

 

Il reste une dizaine de place pour le prochain pèlerinage du 9 au 20 novembre 2009

 

Renseignements auprès du service des Pèlerinages

Tel : 03.27.38.12.62

 mail

 

 

 

 

 

 

                                                                                      

 

Article publié par Michel LEMAIRE • Publié Lundi 21 septembre 2009 - 16h32 • 2859 visites

Haut de page